Tâlat Sait Halman | Bleu autour, éditeur

Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Ma mère, Iclâl Halman, descendait des Nemli qui étaient originaires d’Azerbaïdjan et que Selim Ier avait installés à Trabzon il y a six cents ans. Grâce à leur réussite commerciale, les Nemli étaient devenus, à partir du XVIIe siècle, l’une des familles les plus riches de l’Empire ottoman. Certaines de leurs branches étaient encore actives à Istanbul aux XIXe et XXe siècles. Tahsin Bey, le plus en vue des Nemli, avait acquis le titre de Pacha et s’était vu décerner en France la Légion d’honneur. Ma mère était fière d’être sa fille.
_Une enfance turque

Tâlat Sait Halman

Talât Sait Halman, né en 1931 à Istanbul, fut, en 1971, le premier ministre de la Culture de Turquie. Après ses études secondaires à Istanbul (Robert College) et supérieures à New York (Columbia), il a longtemps enseigné aux États-Unis, en particulier à l’université de New York, dont il a dirigé le département « Langues et Litté­ratures du Proche-Orient ». Puis il a fondé et dirigé le département de Littérature turque de l’université de Bilkent à Ankara et représenté son pays dans différentes instances à l’étranger. Titulaire de nombreuses distinctions nationales, il est aussi chevalier de l’Ordre de l’Empire britannique. Poète, historien et traducteur, en particulier de Shakespeare, il a publié près de soixante-dix livres en turc et en anglais et signé des milliers d’écrits dans des revues et quotidiens. Talât Sait Halman avait écrit sa contribution à Une enfance turque durant l’été 2012. Il devait décéder deux ans plus tard à Ankara, où il a continué à enseigner la littérature turque jusqu’à son dernier souffle.

Tâlat Sait Halman

A Publié

X