Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Collection
Éditions Soleb

Actes du colloque Collège de France-Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 14-15 janvier 2016, édités par Hanane Gaber, Nicolas Grimal et Olivier Perdu.

De la simple allusion à la reproduction mercantile, en passant par l’imitation, la citation, l’évocation, la transposition, tous les modes de référence possibles, la distinction du faux de la copie, de l’œuvre originale de celle qu’elle inspire est parfois si ténue qu’il semble difficile de la cerner.
Il nous a paru utile de poursuivre la réflexion sur le faux, l’imitation et les copies, dont plusieurs enquêtes ont, jusque récemment encore, exploré les pistes dans le domaine égyptologique. Qu’il s’agisse de littérature ou d’art, les Égyptiens eux-mêmes ont très tôt utilisé la référence à la tradition comme indicateur de légitimité politique. Après la « révolution » amarnienne, ou dans les périodes troublées, la reproduction des modèles classiques fleurit, tout comme fleuriront plus tard, à l’époque hellénistique et romaine, les copies praxitéliennes. Les œuvres qui procèdent de cette volonté archaïsante témoignent d’un sursaut pour tenter de retrouver la grandeur perdue de l’Égypte.
L’Égypte n’a pas le monopole de cette utilisation de l’art. Les souverains mésopotamiens n’étaient pas en reste, entre imitation d’un document plus ancien ou narration d’un événement fictif. La question se pose aussi pour le domaine phénicien ou pour la civilisation d’Ougarit, oscillant parfois entre copie, imitation et falsification. Nous touchons là à la limite entre manipulation idéologique et falsification. Le faux en écriture, lui, est destiné à tromper. Le faux délibéré serait finalement, la seule œuvre qui se laisse facilement appréhender : destiné à tromper, il transforme la vérité. Encore faudrait-il distinguer l’intention de la tromperie.

Papier

  • 16 x 24 cm

  • 320 pages

  • 50 €

  • juin 2018

  • ISBN 978-2-918157-25-0

Numérique

Version numérique
non diffusée
par Bleu autour

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Thème-s

Sans

Préface

Sans

Traduction

Version Originale

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

Couverture

X
X