Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Le train, c’est toute une histoire, éminemment politique, que raconte ici François Colcombet dans « La seconde vie du rail ». Avec maints détours par le Nouveau monde et la vieille Europe de Valery Larbaud, la bonne échelle selon lui pour imaginer le train de demain. Larbaud, Cendrars, Pierre Bergounioux… Le train, c’est aussi – ici, surtout – de la poésie, des carnets de voyage, des lieux-dits, des nouvelles, des images, des transports. Bon voyage avec eux et les autres.
 
Du « bar PMU Le Cévenol », à Clermont-Ferrand, où Leïla Sebbar débarque avec ses Algéries dans la tête, à la gare de Limoges, où Jean-Paul Chavent ne voit que les petites amoureuses de Jean Eustache.
 
De Châteaucreux (Saint-Étienne), 13h38, quai numéro 4, où va descendre Monique Jouvancy, à la gare d’Istanbul d’où Rosie Pinhas-Delpuech prend son envol pour « l’étranger » (la France). En passant par Langogne, La Grand-Combe-la-Pise, Saint-Saturnin (Cantal) pour son viaduc et son « ombre patiente » (Marie-Hélène Lafon), Brive-la-Gaillarde et les fantômes des « gris » de la Guardia civil (Llibert Tarragó)…
 
Textes de : Alain Bandiéra, Pierre Bergounioux, Jean-Paul Chavent, François Colcombet, Annik Faurot, Nedim Gürsel, François Graveline, Denis Humbert, Monique Jouvancy, Marie-Hélène Lafon, Serge et Françoise Laget, Yves Michelin, Julien Mignot, Gilles Paris, Rosie Pinhas-Delpuech, Jean Bernard Pouy, Leïla Sebbar, Llibert Tarragó et Edmond Thauront.

Papier

  • 17 x 22 cm

  • 104 pages

  • 12 €

  • mars 2004

  • ISBN

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Thème-s

Sans

Préface

Sans

Traduction

Version Originale

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

 Couverture

X
X