Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Suivre le fil de l’art du costume à la Comédie-Française, c’est revisiter l’histoire de ses ateliers, de son répertoire et de sa troupe. Une histoire d’excellence jalonnée par bien des grandes figures, de Molière, le « patron », à Voltaire, Lekain, Talma, Rachel, Sarah Bernhardt, Mounet-Sully, Suzanne Lalique… et Renato Bianchi, le costumier des débuts du XXIe siècle auquel Christian Lacroix tire son chapeau.
 
Épuisé


Un partenariat Bleu autour | CNCS & Comédie-Française

ECHOS DE LA PRESSE

Lire l’article « A Moulins, l’habit fait l’acteur » de Fabienne Darge dans Le Monde, le 14 juin 2011 :
« Un passionnant catalogue »
« Sublime, forcément sublime. C’est bien un trésor que l’on découvre au CNCS de Moulins, des premiers kimonos en soie créés en 1755 pour L’Orphelin de la Chine, de Voltaire, à la robe-jardin d’une poésie inouïe imaginée par Christian Lacroix pour l’actrice Florence Viala dans Fantasio, de Musset, mis en scène par Denis Podalydès en 2008. […] “L’art du costume à la Comédie-Française” ne serait qu’une exposition illustrative si les deux commissaires, Renato Bianchi et Agathe Sanjuan, n’avaient décidé d’en faire une vraie histoire de l’évolution du théâtre à travers le costume. Ce parcours magnifiquement scénographié par Roberto Platé, qu’il est recommandé de compléter par le passionnant catalogue, s’achève par un bel hommage à Molière : costumes suspendus dans une caverne magique, où se répondent jeux de miroirs et voix des comédiens, fantômes du théâtre. »
 
Lire l’article « Noblesse de Robe » de Laurence Haloche dans Le Figaro Magazine, le 20 juin 2011 :
« Comme le suggérait Roland Barthes, « le costume est une écriture ». Une « vêture palimpseste » qui, de pièce en pièce, nous raconte des histoires. C’est à cette aventure sans parole, mais bavarde pour qui sait observer, qu’invite l’exposition « L’Art du costume à la Comédie-Française ». Sorties des riches réserves de la place Colette, qui comptent plus de 10.000 vêtements, voici dévoilées 200 pièces rarement vues, toutes uniques et souvent inestimables, présentées sur un vaste espace de 1.500 m². Du vieux pourpoint en toile d’ortie verte, porté par Dugazon pour L’Etourdi, de Molière, aux armures de super-héros imaginées en 1985 par Thierry Mugler pour le Macbeth de Jean-Pierre Vincent, à Avignon, se dessine l’évolution des modes, des styles, des mises en scène… »
 
Lire l’article « Les costumes de la Comédie-Française exposés » de Jacques Brunel dans L’Express, le 9 juin 2011 :
Certains costumes remontant à 1750, l’exposition est un voyage à travers deux cent cinquante ans de performances humaines, de triomphes, de stars immortelles aujourd’hui muettes. Il y a des costumes créés par Doucet ou Paquin, mais la plupart sont nés au Français, dans des ateliers dont le brio, selon Christian Lacroix, égale celui des maisons de couture. Des robes au faste fou créées vers 1900 aux cuirasses en carton bricolées sous l’Occupation, le costume de scène a épousé toutes les modes et connu des révolutions. Comme celle qu’initia, vers 1960, l’illustratrice Lila de Nobili en restituant pour les drames historiques les corps usuels du temps où se passait l’action : torse en cœur pour le Moyen Age, bombé pour la Belle Époque… C’est à ce type de finesses qu’on reconnaît la Comédie-Française.

Papier

  • 24 x 30 cm

  • 224 pages

  • 35 €

  • juin 2011

  • ISBN 978-2-3584-8024-6

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Préface

Sans

Traduction

Version Originale

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

Couverture

X
X