Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Après sa trilogie de livres du côté de son père (Mes Algéries en FranceJournal de mes Algéries en France ; Voyage en Algéries autour de ma chambre, Abécédaire), Leïla Sebbar compose avec Le pays de ma mère – Voyage en Frances un ouvrage du même type où se croisent textes et images.
Il s’agit d’une mythologie affective de la France, de ses Frances, d’une géographie intime et politique de cette terre, née pour elle « de l’Algérie natale, française et coloniale ». Il s’agit aussi, comme dans sa trilogie sur ses Algéries, d’une autobiographie collective. À côté de ses propres textes et photographies, et d’images qu’elle a glanées au fil de ses pérégrinations, elle donne à lire et à voir des textes manuscrits et des images (photographies, dessins, aquarelles…) qu’elle a sollicités auprès de ses compagnes et compagnons sur ses routes de France, en particulier le peintre et dessinateur Sébastien Pignon dont les œuvres donnent le « la » graphique de l’ouvrage. De plus, dans la mesure, écrit-elle, où elle est « venue au monde avec des femmes et des hommes en révolte pour la même France », à commencer par ses compagnes du Mouvement de Libération des Femmes auquel elle a pris part, elle revient vers plusieurs d’entre elles pour interroger leurs parcours à travers une série d’entretiens assortis de photos d’enfance. Leïla Sebbar forge ainsi un objet baroque, à la fois joyeux et mélancolique, le livre du pays de sa mère, « Française de France » qui « a oublié la France pour l’amour de [son] père, l’instituteur “indigène” ». De ce pays qu’elle a patiemment apprivoisé, Leïla Sebbar donne « une archéologie de l’autre côté de l’outre-mer » ainsi qu’elle désigne la France.

ECHOS DE LA PRESSE

Lire l’article « Leïla Sebbar, reporter-photographe » de Catherine Simon dans Le Monde des livres, le 1er novembre 2013
 
Lire la recension parue dans Libération, le 7 novembre 2013

Lire l’article de Bernard Stephan dans La Montagne, le 20 décembre 2013

Lire l’article paru dans Geo Histoire, décembre 2013

Lire l’article de Françoise Lott dans le n°65 de La Faute à Rousseau, février 2014

Lire l’interview de Leïla Sebbar par Guy Belzane dans le n°1065 de TDC

Papier

  • 17 x 22 cm

  • 272 pages

  • 28 €

  • octobre 2013

  • ISBN 978-2-35848-054-3

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Préface

Sans

Traduction

Version Originale

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Télécharger

Couverture

Avec
le
soutien
de
X
X