Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Tête chercheuse de la scène littéraire post-soviétique, Evguéni Grichkovets a été révélé au public français par ses pièces de théâtre, dont Comment j’ai mangé du chien est la plus fameuse, puis par son roman La Chemise (Actes Sud). Dans Le Taquet, il explore la forme du « récit », et c’est un nouveau plaisir d’entrer dans ces textes pleins d’ironie jamais cynique, de tendresse retenue, de truculente drôlerie.
Dans le premier des six récits du recueil, Grichkovets dit “je” pour raconter ses années d’apprentissage, comme « petit gars de la Marine », quand il mangeait du chien… Puis, au fil des cinq autres, il se place dans la tête de citadins d’aujourd’hui, modestes héros du quotidien. En « romantique », sourit-il. « Un néoromantique urbain qui parle des villes à travers le prisme des gens, de ces petites fourmis qui y vivent. »

ECHOS DE LA PRESSE

Lire la recension parue dans Libération, le 25 avril 2013

Lire l’article « La vie quotidienne en Absurdie profonde » de Marie Jégo dans Le Monde des livres, le 14 juin 2013
 
Lire la recension parue dans La Russie d’Aujourd’hui, le 10 septembre 2013

Lire la recension d’Aurélie Julia dans la Revue des deux mondes

Papier

  • 14 x 22 cm

  • 240 pages

  • 19 €

  • mars 2013

  • ISBN 978-2-35848-037-6

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Préface

Sans

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

Couverture

Avec
le
soutien
de
X
X