Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

« Mais qui voudra jamais épouser une négresse ? » Cette question foudroie la jeune Ourika, silencieuse derrière un paravent. Elle a douze ans, c’est d’elle qu’on parle avec inquiétude. Jusque-là, rien ne l’avertissait que sa peau noire pourrait l’empêcher d’être aimée. Sauvée enfant de l’esclavage, la petite Sénégalaise avait été confiée à une aristocrate française qui l’élevait comme son petit-fils. Un frère, plus qu’un frère pour Ourika qui, soudain, se voit « condamnée à être seule, toujours seule ».
La narration sous la forme d’une longue confession confère à ce premier roman magistral de Madame de Duras une étonnante modernité quand il paraît en 1823. D’autant que, sur un mode mineur qui le rend percutant, il aborde de front la question, déjà vive, de la ségrégation raciale. Cette modernité perdure.

Papier

  • 13 x 17 cm

  • 80 pages

  • 9 €

  • octobre 2006

  • ISBN 978-2-91-20-19-53-0

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Traduction

Version Originale

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

Couverture

Avec
le
soutien
de
X
X