Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

Il a écrit Cecília et au moment où il allait l’écrire une seconde fois une fenêtre s’est ouverte à la volée et il a pris peur. Le crayon lui est tombé des mains et il n’a pas pu le retrouver. Il m’a enlevé l’épingle, les bouts de ses doigts se sont mouillés à la bave du bavoir, et il a accroché ensemble le bavoir et le papier. Ne voyant personne il m’a bercée un instant, il m’a dit tout bas : Cecília, et j’ai ri. Alors il a sonné et m’a donnée. Pendant qu’il se déshabillait, sa femme s’est réveillée et lui a demandé pourquoi il rentrait si tard. Il lui a dit qu’il avait trouvé une petite fille. Elle lui a demandé : où ? Il lui a dit : dans la rue des Camélias, vers le milieu de la rue, au pied d’une grille avec tout plein de camélias. Sa femme avait l’air de ne pas vouloir le croire et il a dû le lui répéter, bien posément, qu’au petit jour, à côté de camélias, il avait trouvé une fillette comme un petit chat et qu’elle s’appelait Cecília.

Un destin de femme traversant violemment les frontières géographiques et sociales de Barcelone. Par Mercè Rodoreda, “un écrivain de dimension universelle” (Gabriel García Márquez).


Un partenariat Bleu autour | Tinta Blava

Papier

  • 13 x 21 cm

  • 272 pages

  • 18 €

  • octobre 2005

  • ISBN 2-9520278-6-2

Numérique

Version numérique
non disponible
pour l’instant

Audio seul

Version sonore
non disponible
pour l’instant

Genre-s

Thème-s

Sans

Préface

Sans

Traduction

Postface

Sans

Direction

Sans

Illustrations

Sans

Télécharger

Couverture

Avec
le
soutien
de
X
X