Jeter des ponts entre les lieux, les langues et les temps ; dire l’exil, déjà celui de l’enfance. ...Suite




38 avenue Pasteur
03500 Saint-Pourçain-sur-Sioule
France
+33 (0)4 70 45 72 45
dialogue {at} bleu-autour {point} com

D'un édito l'autre

Un édito ne chasse pas tout à fait le précédent, qui prend place dans ce rayonnage, suivi de son numéro. Ils formeront la petite chronique de Bleu autour : notes en passant, annonces d’un nouveau livre, d’un événement…

Édito #4

De Patrice Rötig


Mercredi 6 novembre, 18h30, à la librairie Compagnie, rue des Écoles à Paris, Martine Mathieu-Job, qui a dirigé son édition, présentera la correspondance inédite d’Albert Camus avec ses amis Bénisti. Avec la participation de Daniel Mesguich qui lira des extraits du livre, auquel Jean-Pierre Castellani a consacré une belle recension sur Diacritik.


Le long week-end suivant, du vendredi 8 (14h) au lundi 11 novembre (19h), à l’Espace des Blancs Manteaux, dans le Marais (75004, métro Hôtel de Ville), stand de Bleu autour au Salon de l’Autre Livre.


L’occasion de découvrir nos nouveautés, dont les deux derniers livres de Luc Baptiste, l’un de textes photographiques, La vie belle (coll. “Céladon”), l’autre de photographies littéraires, Autre part (coll. “D’un regard l’autre”), avec une belle préface de Christian Giudicelli. Voir le dossier de presse.


L’essai Art vaincra ! de Claude Rétat (sous-titre : Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique), qui était apparu dans la deuxième sélection du Prix Renaudot essai 2019, ne figure plus dans la lutte finale. Ce petit tour de piste l’a mieux fait connaître, et c’était bien, comme chantait Bourvil. À lire, en même temps que La Révolution en contant, histoires, contes et légendes de Louise Michel réunis et présentés par Claude Rétat.


Rappel : si vous souhaitez recevoir notre lettre d’infos (périodicité mensuelle), merci de renseigner le cadre « Lettre d’infos » ci-dessous.


Belle fin d’automne.

Édito #3

De Patrice Rötig

 

Art vaincra ! Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique, de Claude Rétat, figure dans la deuxième sélection du Renaudot essai 2019 dévoilée le 8 octobre. C’est le seul nouveau titre par rapport à la première sélection, tant dans la catégorie des essais que dans celle des romans. Il a paru au printemps en même temps qu’un autre ouvrage qui lui fait écho : La Révolution en contant – Histoires, contes et légendes de Louise Michel réunis et présentés par la même Claude Rétat. Laquelle donne une conférence le samedi 12 octobre aux Rendez-vous de l’histoire à Blois : « Louise Michel : autoportrait de l’artiste en jésuite ».

Le même jour (en soirée) et dans le même cadre des Rendez-vous de l’histoire, Alain Quella-Villéger intervient non loin de Blois – au château du Guérinet qui fut propriété de l’éditeur historique de Loti, Calmann-Lévy – sur le thème : « Lire Loti aujourd’hui ». Il évoquera notamment le livre qu’il a cosigné avec Bruno Vercier, Pierre Loti dessinateur. Un beau livre qui était épuisé et dont la 3e édition réactualisée sort en librairie en novembre (de premiers exemplaires seront disponibles au château du Guérinet). Alain Quella-Villéger et Bruno Vercier ont été les deux premiers invités (les 7 et 8 octobre) des quatre émissions « La compagnie des auteurs » consacrées par Matthieu Garrigou-Lagrange à Pierre Loti sur France Culture (podcasts disponibles sur le site de la station).

Deux autres rendez-vous, à Paris ceux-ci : le lundi 14 octobre autour de Leïla Sebbar nouvelliste à l’IMEC (dans le 8e) et le mercredi 6 novembre autour de la correspondance inédite d’Albert Camus avec ses amis Bénisti à la librairie Compagnie, avec la participation de Daniel Mesguich qui lira des extraits du livre.

P.S.– Important : si vous souhaitez recevoir notre lettre d’infos (périodicité mensuelle), merci de renseigner le cadre « Lettre d’infos » ci-dessous.

Édito #2

De Patrice Rötig

 

Le 17 octobre arrive en librairie Albert Camus – Correspondance avec ses amis Bénisti (1934-1958). Inédite, cette correspondance est exceptionnelle par la précocité et la longévité des amitiés qui la fondent. Aux lettres de Camus répondent notamment des reproductions d’œuvres du sculpteur et peintre Louis Bénisti. Ce livre soigné affine notre vision de l’écrivain et éclaire l’effervescence créatrice d’une jeune génération dans l’Algérie des années 1930. Il est présenté plus avant sur ce site et sera l’objet d’une rencontre le mercredi 6 novembre à la librairie Compagnie (rue des Écoles à Paris), avec la participation de Daniel Mesguich qui en lira des extraits.
D’ici là, d’autres rendez-vous dans notre rubrique « agenda ».
Dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire à Blois, deux conférences le samedi 12 octobre : « Louise Michel : autoportrait de l’artiste en jésuite », par Claude Rétat (voir ses livres Art vaincra ! et La Révolution en contant) ; et « Lire Loti aujourd’hui », par Alain Quella-Villéger, au château du Guérinet (à deux pas de Blois), qui fut propriété de l’éditeur historique de Pierre Loti, Calmann-Lévy. Puis, le lundi 14 octobre, une rencontre à l’IMEC (Paris) autour de Leïla Sebbar nouvelliste (voir son dernier livre, Dans la chambre), avec la participation de Manon Paillot. La rencontre sera animée par Albert Dichy, directeur littéraire de l’IMEC.
Ici, très bientôt, d’autres nouveautés, d’autres rendez-vous.
P.S.– Important : si vous souhaitez recevoir notre lettre d’infos (périodicité mensuelle), merci de renseigner le cadre « Lettre d’infos » ci-dessous.

Edito #1

De Patrice Rötig

 

L’offre de livres demeure pléthorique, tandis que leurs ventes connaissent depuis maintenant quelques lustres une régulière érosion. La faute au numérique ? Non : la part de marché du livre numérique « classique », autrement dit la simple duplication du livre papier pour tablette et autres écrans, est mince et ne croît guère. Et oui : c’est d’abord via leurs écrans, sous une forme dématérialisée, que, désormais, bien des publics approchent ou sont susceptibles d’approcher des livres qui les transportent. De là à entrer dans une librairie, il y a un pas que peu franchissent, d’autant que les écrans sont chronophages et favorisent le zapping qui fait mauvais ménage avec le temps long de la lecture.

« Bien des publics » ? Les jeunes générations rompues aux nouvelles technologies, bien sûr. Aussi leurs aînés qui se les approprient et, parmi eux, non les classes ayant reçu une formation supérieure et formant le dernier carré des fidèles du livre papier, mais celles qui, tôt lancées dans le monde du travail, se tiennent souvent à l’orée du monde du livre dont, pourtant, elles pressentent la richesse. Leur maîtrise des codes d’accès au monde numérique peuvent les y conduire. Tel est le credo – l’utopie – de l’auteur de notre nouveau site, Philippe Busser, issu d’une famille ouvrière de la ville industrielle de Commentry (Allier), soit dit en passant la première municipalité socialiste du monde (1882).

Pour les y conduire, cet amoureux des livres (il en a édité de beaux, à commencer par Le Village 2014, celui qu’il habite, Montvicq), ce fidèle des émissions exploratrices de France Culture, cet artiste qui fut d’abord musicien avant de s’adonner à la photographie (il n’enjolive rien, il montre tout, les fils téléphoniques et électriques qui strient le ciel de Montvicq, les toits « provençaux » des maisons modernes de son Bourbonnais qui émergent de haies de thuyas), pour les y conduire, donc, Philippe Busser fait flèche de tout média. Point de départ : ce site, disons un « hub », d’où partir, d’où redémarrer. Non plus un site d’affichage mais un site qui joue de tous les médias, qui donne à voir et à entendre nos livres.

À les entendre surtout, du moins demain. Peut-être proposerons-nous bientôt des livres “audio”, dont le marché se développe. Auparavant, Philippe Busser veut réaliser ou faire réaliser des créations sonores de haute définition autour de l’univers d’un livre, d’un écrivain. Elles pourront introduire des rencontres ou même constituer à elles seules des spectacles. Et elles pourront donner leur singularité à de véritables livres numériques où le texte sera aussi assorti d’images, animées ou non, voire d’entretiens avec l’auteur ou des personnes chez qui le texte résonne : des livres d’un nouveau type vers lesquels viendrait un nouveau public et qui, par la suite, conforteraient le livre premier, le livre papier.

Les maisons artisanales comme la nôtre sont, à plusieurs égards, bien placées pour s’aventurer dans la réalisation de tels livres. La prise de risque est leur lot, avec l’aide salutaire des pouvoirs publics qui soutiennent la chaîne du livre, à commencer par l’État qui, via la DRAC Auvergne, a subventionné la création de ce nouveau site et, via le CNL, soutient l’acquisition de matériels pour la création et la réception de sons de haute qualité. De plus, généralement moins portées, comme les grandes maisons, à surproduire, elles accompagnent longtemps les livres, en nombre limité et souvent innovants, qu’elles éditent : doubler d’une édition numérique sophistiquée l’édition papier de leurs livres sera pour ceux-ci un gage de pérennité.

C’est dans cette voie que, prudemment, nous voulons nous engager. Idéalement avec d’autres maisons, amies, de notre acabit. Des discussions sont en cours ; elles pourraient vite déboucher sur des projets communs, que nous présenterons sur ce site dès qu’ils seront mûrs. Un site neuf qui marque cette volonté d’opérer résolument un virage numérique et que nous vous invitons à découvrir et à visiter souvent : il s’enrichira peu à peu de créations sonores, aussi et entre autres de blogs ; il se veut à l’image de cette maison qui préfère les questions aux réponses, une maison ouverte au voisin comme à l’étranger, créant des ponts entre eux.

Cette précision, enfin : les biographies des auteurs données dans le site sont généralement celles que nous avons fournies dans les derniers livres papier qu’ils ont publiés chez nous. Lorsque ces livres sont anciens, elles ne sont plus à jour. Nous nous emploierons, progressivement, à les réactualiser.

X